Et ta crème hydratante, elle est locale ?

Tout a commencé par un « banal eczéma » selon les mots de mon dermato. J’étais défigurée mais rassurée par cette histoire de banalité (et par la puissante pommade aux corticoïdes prescrite). Entrée dans la case « peau réactive et ultra-sensible », je me convertissais aux austères marques cosmétiques vendues en pharmacie. Deux ans plus tard, les crises se multipliaient et la pommade magique marchait de moins en moins. En effet, la peau s’habitude aux corticoïdes. J’avais de plus en plus de mal à venir à bout d’une crise, qui récidivait plusieurs fois… J’ai donc pris le problème autrement.

Considérant que les crèmes vendues en pharmacie sont tout autant bourrées de produits chimiques néfastes et que beaucoup de crèmes bio contiennent des huiles essentielles potentiellement irritantes, j’ai tout arrêté. Adieu mascara pour yeux de chats, fond de teint impalpable pour peau supralisse, adieu crèmes aux compositions imprononçables… Depuis un an, je nourris ma peau quasi-exclusivement avec des huiles végétales pures (argan, callophyle, jojoba…). Pas toujours très locales, mais on peut aussi employer de l’huile d’olive ou de l’huile de colza.

DSC_2318-blog

Avec ce régime huileux, les crises se sont espacées, mais n’ont pas disparues. Heureusement, grâce à Lesley, j’ai trouvé le moyen de guérir ma peau sans cortisone. Lesley est une homéopathe anglaise qui a créé sa fabrique de cosmétiques naturels New Leaf. Depuis qu’elle a déménagé en Limousin en 2013, elle vend ses crèmes sur le marché d’Eymoutiers ! Des produits naturels, sains et simples, qu’elle a créé et qu’elle fabrique avec sa sœur. Sa crème contre l’eczéma et les démangeaisons est d’une redoutable efficacité, ne coûte que 10 € et dure des mois ! Plusieurs applications par jour associées à une alimentation anti-inflammatoire et la crise disparaît en 3 jours, voire est stoppée dès les premiers signes.

Lesley n’est pas toute seule à fabriquer des cosmétiques naturels et artisanaux dans le coin. Il y a aussi ma copine Joanna, qui fait des baumes à base de cire d’abeille qu’elle produit puisqu’elle est apicultrice ; ma copine Sandrine qui fait des savons… Et d’autres encore ! Il y a aussi des entreprises un peu plus importantes, comme le laboratoire Solibio. Après la cuisine, je suis passée au local dans la salle de bain ! Local, artisanal et naturel !

DSC_2321-blog

Dans la foulée, j’ai cherché à réduire les déchets que je produis à me faire belle et j’ai découvert les lingettes lavables de Lamazuna. J’avais déjà acheté des lingettes lavables à la biocoop, mais elles étaient en coton éponge, du coup après quelques lavages, elles étaient devenues râpeuses (à recycler en exfoliant textile?). Celles de Lamazuna sont en microfibres, elles restent douces après lavage en machine, et il suffit de les mouiller à l’eau pour se nettoyer ou se démaquiller. Grâce au succès de ces lingettes, Laetitia, trentenaire vendéenne, a développé sa petite entreprise zéro déchet avec des cosmétiques solides et autres coupes menstruelles. J’ai testé le shampoing solide et le déodorant solide : ils sont vraiment très efficaces (et sont conditionnés dans un petit emballage carton qui va au compost). Je vais tenter le dentifrice bientôt…

Maintenant, dans la salle de bain, il y a peu de produits, rien que du naturel, beaucoup de local et moins de déchets. Bilan : tout le monde s’en porte mieux (nos corps, nos copines fabricantes, nos portes-monnaies, l’économie locale, l’écologie globale !)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s