La Belle Botte : un trio pour une ferme bio

Quand nous les avons rencontré pour faire un reportage pour le magazine Village, Arthur, Chloé et Elie nous ont tapé dans l’œil, à Hélène et moi. Ils sont jeunes, ils sont bio, et ils sont pros ! L’agriculture a besoin de gens comme eux !

 

trio+cedant2

Voici l’article d’Hélène, paru dans le numéro d’automne du magazine Village :

La Belle Botte, un projet bien ficelé 
De l’amitié, de l’amour et des idées, c’est ce qui rassemble Arthur, Élie et Chloé, qui viennent de s’installer à Pageas (87), afin d’y démarrer une production biologique et diversifiée. Arthur s’occupe des légumes, Élie des agneaux, des céréales, légumes secs, colza et tournesol, et Chloé de la vente en circuit court. 400 000 euros d’investissement et beaucoup d’ambition pour 54 ha… mais aussi du pragmatisme dans ce projet bâti en accord avec leurs convictions et leurs expériences de terrain. Après une licence pro en agriculture durable, Élie travaille dans une dizaine de lieux, dont la ferme de Sainte-Marthe. Là, en 2009, il retrouve son ami Arthur, qui a pratiqué le maraîchage bio en France et à l’étranger, après son école d’ingénieur agronome à Toulouse. « Je ne voulais pas m’installer tout seul car en maraîchage, on dépend trop de l’extérieur, pour l’apport de matières organiques par exemple. » « Alors que l’élevage en produit », complète Élie. D’où l’idée, en 2012, de créer un Gaec associant brebis, légumes et céréales. Attiré par le Limousin, Élie se lance dans un tour des fermes de la région à vélo. C’est dans l’une d’elles qu’il rencontre Chloé, ingénieure en travaux agricoles dont il tombe amoureux. Par la suite, Élie ne tarde pas à lui présenter Arthur. « Le compagnon, le projet, le futur associé… le package complet ! », plaisante Chloé. Un temps de réflexion et elle se lance avec eux. Ils partent à la recherche d’une ferme pas trop loin de Limoges et présentent leur projet à Fabrice Chaminade, animateur du Pôle local d’accueil du pays d’Ouest Limousin ainsi qu’aux différentes communes. Début 2013, la session d’accueil d’actifs organisée par la chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne et la communauté de communes des Monts de Châlus les mettent en présence de Michel, qui cherche un repreneur pour son exploitation laitière. Pas de lait chez eux, mais ils parlent le même langage et Michel, conquis, leur transmet en octobre la ferme et sa grande maison accolée. À les voir récolter ensemble les pommes de terre, on se dit que la transmission est réussie. 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s